Casino : Rallye contestera l’amende de l’AMF en justice

Rallye est la maison mère de Casino, il a déposé un recours contre l’amende de 25 millions d’euros infligée par l’AMF pour diffusion d’informations trompeuses. Le directeur général de Rallye, Franck Hattab, fait également l’objet d’une amende d’1 million d’euros. La trésorerie de Rallye s’élève à seulement 13 millions d’euros, suffisante jusqu’à fin 2024.

Une volatilité extrême des cours

Le collège de l’AMF a reproché à Rallye et à Franck Hattab d’avoir diffusé à 11 reprises, entre le 8 mars 2018 et le 15 mai 2019, des informations inexactes ou trompeuses sur la santé financière de Rallye dans 14 supports de communication. Ces informations ont artificiellement influencé la hausse du cours de Bourse de Casino.

A lire en complément : Comment prévenir les intrusions dans ses locaux ?

Ces déclarations concernaient les résultats annuels 2017. Des résultats ont donné une image plus favorable de sa situation de trésorerie aux investisseurs que la réalité, selon l’AMF :

  • Les résultats du 1er semestre 2018 
  • Les résultats annuels 2018 de rallye 

Par exemple, le 31 décembre 2017, l’AMF a affirmé que Rallye avait des lignes de crédit d’un montant disponible de 1,325 milliard d’euros, et non de 1,745 milliard comme indiqué dans la communication financière du groupe. La situation de trésorerie du groupe était en réalité plus dépendante de l’évolution du cours du titre Casino, fortement volatile et sous pression à la baisse. N’hésitez pas à visiter ce lien pour d’autres actualités sur les entreprises !

En parallèle : Votre traduction certifiée à 28€ avec agence en ligne

Sanctions demandées en juillet

Ces informations inexactes ont potentiellement altéré la perception du marché quant à la situation financière de Casino, entraînant une surévaluation de son cours boursier, selon l’AMF. La commission des sanctions de l’AMF a jugé que Rallye avait connaissance ou aurait dû avoir connaissance de la fausseté de ces informations sous la direction de Franck Hattab. Les amendes, légèrement réduites par rapport aux demandes initiales, s’ajoutent aux défis financiers de Casino. Ce dernier était récemment affecté par des dégradations de note de crédit.

Une restructuration prévue pour le premier trimestre 2024

Dans le cadre du plan de reprise de Casino, les milliardaires tchèque Daniel Kretinsky et français Marc Ladreit de Lacharrière sont impliqués. Ils sont soutenus par le fonds britannique Attestor. Un accord préalable a été convenu avec les prêteurs.

Cet accord engage les créanciers signataires à participer à la restructuration de la dette du groupe. Le placement en procédure de sauvegarde accélérée, prévu pour octobre, devrait contraindre les créanciers restants à se conformer. Les repreneurs injecteront 1,2 milliard d’euros en liquidités et réduiront la dette du groupe de près de 5 milliards d’euros. 

De plus, les activités de Casino en Amérique latine, notamment au Brésil, seront cédées. Cela concerne la majorité des employés du groupe. La réorganisation devrait être achevée au premier trimestre 2024. C’est la date à laquelle le nouveau PDG, Philippe Palazzi et ancien dirigeant de Metro, prendra les rênes de Casino.